memento affiche

MEMENTO

Genre : Thriller

Durée : 1h56 environ

Date de sortie : 2000

Réalisateur : Christopher Nolan

Note sur Rotten Tomatoes : 92%

 

Un homme qui cherche l’assassin de sa femme, voilà le postulat de départ de Memento, qui semble à priori peu original. A un détail près, qui fait toute la personnalité du film : le personnage principal souffre d’une forme d’amnésie dite antérograde, qui lui empêche d’avoir une mémoire immédiate au-delà de 15 minutes, bien qu’il soit capable de se souvenir de certaines choses lointaines (d’où le nom du film, qui signifie, en latin « souviens-toi »). En fait, c’est après avoir été victime d’une agression lors d’un cambriolage dont il a été victime que sa mémoire est devenue un véritable gruyère ; c’est d’ailleurs ce-dit cambriolage qui a coûté la vie de son épouse. Chercher l’homme à l’origine de tout ça est dans ces conditions assez peu évident, mais cela n’empêche pourtant pas Leonard Shelby (c’est le nom de notre homme) de s’y lancer. Ainsi, pour mener son enquête, notre amnésique va se faire de nombreuses notes pour garder à l’esprit tous les détails importants, en écrivant sur des post-it ou sur des polaroïds, ou bien carrément en tatouant son corps.

memento1         Memento235    

La narration du film suit de façon logique l’état psychologique du personnage, racontée à travers des séquences d’une quinzaine de minutes, que le spectateur découvre de façon complètement fractionnée : globalement, le film est chronologiquement raconté à l’envers, commençant par l’assassinat du coupable présumé ; la suite du film nous montrant le déroulement de son enquête ; et les relations de Leonard avec son entourage son pote Teddy (qui est justement le coupable présumé tué au début du film), ainsi que Nathalie, une femme séduisante qui dit vouloir l’aider car elle a aussi perdu quelqu’un, mais qui semble cacher des choses. Les relations de Leonard avec ses deux principaux amis sont assez ambigües : veulent-ils aider Leonard ou cherchent-ils à le manipuler dans leurs intérêt? En dehors de ça, on alterne aussi avec des séquences en noir et blanc où Leonard Shelby se confie au téléphone à propos de sa maladie, et surtout de l'histoire semblable (et tragique) d'un homme qu’il avait connu du temps où il travaillait dans les assurances, qui souffrait également d'amnésie antérograde (avant lui). 

A partir d'idées simples mais astucieuses, Christopher Nolan construit une intrigue tortueuse, complexe et pleine de suspense. Le réalisateur, très intelligent, en profite pour jouer avec l’esprit du spectateur : les nombreux flashbacks amènent d'étonnants retournements de situations, par rapport aux personnages complexes de Teddy et Nathalie, et par rapport à l'enquête en elle-même : les choses sont rarement telles qu’elles semblent être. Teddy est-il vraiment l’homme à l’origine du cambriolage ? Nathalie cherche-t-elle à aider Leonard Shelby ou le manipule-t-elle ? D’où sort cette Jaguar que Leonard utilise toujours pour circuler ? Qui est cet homme qui téléphone avec qui Shelby parle au téléphone ? Le film est riche en mystères comme ceux-ci ; élucidés peu à peu (tout en amenant aussi de nouvelles questions), avec de nombreuses révélations inattendues à la clé. Au delà du suspense omniprésent, Memento n'oublie pas les émotions : il est difficile de ne pas ressentir de la tristesse pour cet homme complètement perdu, incapable de savoir ce qui lui arrive.

memento5      memento6

Au final, il est difficile de ne pas voir Memento comme une référence du thriller psychologique. Intelligent, original, complexe mais accessible, le film arrive à imposer un style qui lui est propre, qui tient le spectateur en haleine du début à la fin. A l’heure où tant de superproductions resservent toujours la même histoire aseptisée en étant construits autour de leurs effets spéciaux, le Memento est très rafraichissant, et c'est exactement le genre de film qu'on a envie de voir et de revoir. A ne pas manquer!