david lynch

DAVID LYNCH

Dans l'univers du cinéma, il y a des réalisateurs qui imposent un style unique et original qui n'appartient qu'à eux. David Lynch est de ceux-là : ses films souvent complexes et tordus ne laissent personne indifférent (même s'il en a aussi fait des beaucoup plus traditionnels) ; on peut aussi bien s'y passionner qu'y rester totalement insensible et passer à côté de leur sens. Etant fan de ce réalisateur et ayant vu quasiment tous ses films, je vais vous faire un résumé de sa filmographie, concernant ses oeuvres importantes (je ne parlerai pas des courts-métrages, sur lesquels je ne me suis pas vraiment penché).

 

Eraserhead_v2-16134506122010    elephant man 

Eraserhead (1977) : Tous ceux qui l'ont vu s'accordent pour dire qu'il s'agit d'un des films les plus barges jamais réalisés. Ce premier long-métrage surréaliste, fait avec très peu de moyens mais beaucoup d'idées, expose certains des thèmes que Lynch exposera dans ses oeuvres ultérieures, notamment par rapport aux rêves. Il s'agit aussi de son film le plus sombre : glauque, bizarre et cauchemardesque, cette plongée dans l'esprit tourmenté d'un homme au bord de la folie, a de quoi retourner à chaque visionnage. Au final, il s'agit d'un des Lynch les moins accessibles, mais aussi un des plus aboutis : Eraserhead fait preuve d'une étonnante maîtrise pour un premier film à part entière, surtout dans un style aussi original, et sa richesse fait que chaque relecture apporte des interprétations différentes (personne ne le comprend de la même façon). A sa sortie, le film est resté très underground, mais gagnera peu à peu une réputation de film culte : si vous aimez le style du réalisateur, découvrez-le à tout prix! Note sur Rotten Tomatoes : 90%

Elephant Man (1980) : Pour son deuxième film, Lynch a du travailler sur un script pré-existant plutôt que de continuer dans la même veine surréaliste que le précédent. Elephant Man est un des films les moins caractéristiques du style du réalisateur, mais cela ne l'a pas empêché d'adapter avec beaucoup de talent l'histoire de Joseph Merrick au grand écran, donnant un film superbe et déchirant sur la dignité humaine, qui a du arracher des larmes à plus d'un spectateur. Elephant Man sera le film avec lequel Lynch obtiendra la reconnaissance du public et des critiques, devenant un de ses films les plus connus : que l'on aime ou non les autres films du réalisateur, il n'y a aucune raison de ne pas découvrir ce pur chef-d'oeuvre. Note sur Rotten Tomatoes : 91%

 dune   BlueVelvet

Dune (1984) : Si Dune est une des plus grandes oeuvres de la littérature de science-fiction, son adaptation cinématographique a été très épineuse vu l'ampleur du matériau d'origine : le projet est passé entre les mains de plusieurs grands réalisateurs avant d'avoir été confié à David Lynch (qui n'avait pourtant pas d'affinité particulière avec la SF). Au final, il s'agira d'un gros échec : difficile de faire tenir un bouquin de 1000 pages en 2h20 à l'écran! (de nombreuses scènes ont été coupées au montage par la production, le film devait être à l'origine deux fois plus long). Du coup, cette adaptation n'a plu ni aux fans du livre, pour qui l'histoire a été beaucoup trop survolée, ni aux autres, pour qui le film est très difficile à suivre ; d'autant plus que ça a apparemment assez mal vieilli. Pour ma part, c'est le seul Lynch que je n'ai pas vu (d'ailleurs, lui-même a renié ce film), j'essayerai quand même un jour de le regarder par curiosité... Note sur Rotten Tomatoes : 58%

Blue Velvet (1986) : Lynch revient à un projet original, avec ce thriller souvent considéré comme un classique du film noir moderne. Totalement accessible (rien à voir avec ses autres films casse-tête), Blue Velvet est un film sulfureux qui fait office de précurseur à la série Twin Peaks avec avec sa petite ville en apparence tranquille dans laquelle se trouve des individus aux moeurs douteuses (Frank Booth, le méchant du film, est absolument mémorable). Le réalisateur fait preuve d'une grande maîtrise et nous captive de bout en bout : une réussite! Note sur Rotten Tomatoes : 92%

 

twin peaks1 twin peaks2 twin peaks 3

Twin Peaks, la série (1990-1991) : Il est difficile de parler de David Lynch sans évoquer cette fameuse série télévisée, dont il est l'un des créateurs (avec Mark Frost). On y suit la vie d'une petite ville à la frontière des Etats-Unis et du Canada, qui semble en apparence tranquille mais dans laquelle beaucoup de choses se produisent, le meurtre d'une jeune femme ayant fait l'office de déclencheur. A travers deux saisons totalisant une trentaine d'épisodes, Twin Peaks a fait l'objet d'un véritable culte, avec ses intrigues riches et complexes, son humour au second degré, ses personnages attachants, ses étranges visions surréalistes et son suspense omniprésent. Cela dit, on ne peut s'empêcher de penser que la série s'est un peu essoufflée dans la seconde moitié de sa saison 2, une fois le nom de l'assassin de Laura Palmer révélé... C'est d'ailleurs ce qui a mis un terme à la série, se finissant sur un cliffhanger étonnant mais qui ne sera jamais résolu (il n'y aura pas de saison 3). Quoiqu'il en soit, Twin Peaks est une série à découvrir absolument, fan de Lynch ou non : une fois la série entamée, impossible de la lâcher. (pas de note sur Rotten Tomatoes)

 

sailor and lula   twin peaks  lost highway

Sailor & Lula (1990) : Les avis ont souvent été partagé sur ce film, et je dois personnellement avouer ne pas avoir accroché à cette histoire d'amour sur fond de road-movie déjanté. David Lynch y fait preuve d'un style très hollywoodien qui ne lui convient pas trop, le résultat est un peu trop surjoué et manque de profondeur ; on n'y trouve plus la subtilité de Blue Velvet. Sailor & Lula (aussi connu sous le nom de Wild At Heart) a quand même ses fans, qui ont apprécié son ambiance débridée, et certains le considèrent comme un classique du road-movie ; ce n'est pas du tout un mauvais film et il y a de quoi passer un bon moment mais il n'est pas exceptionnel et il est assez exagéré de lui avoir attribué la Palme d'Or du festival de Cannes (d'autres films de Lynch auraient davantage mérité cet honneur). Après, c'est une affaire de goûts... Note sur Rotten Tomatoes : 64%

Twin Peaks : Fire Walks With Me (1992) : L'arrêt de Twin Peaks n'a pas empêché Lynch d'en faire une adaptation au cinéma, qui se passe avant les événements de la série, se focalisant les derniers jours de Laura Palmer (et aussi sur le meurtre de Teresa Banks). Bien qu'il s'agit d'une préquelle, il faut impérativement regarder le film après la série, d'une part pour connaître tous les personnages et l'univers très particulier de Twin Peaks, et d'autre part car le meurtrier de Laura Palmer est clairement montré, ce qui détruirait le suspense pour celui qui n'a pas vu la série. Fire Walks With Me plaira certainement aux fans de Twin Peaks mais n'apporte pas vraiment grand chose d'essentiel (beaucoup a déjà été dit sur Laura Palmer dans la série), une bonne partie des sous-intrigues des personnages secondaires ont été coupées au montage, les dialogues sont souvent assez plats et il y a quelques longueurs. A réserver aux fans, donc. Note sur Rotten Tomatoes : 63%

Lost Highway (1997) : Après plusieurs années d'absence, Lynch revient à un meilleur niveau avec ce film sombre et complexe, qui annonce ce qu'il fera quelques années après avec Mulholland Drive. Ce thriller psychologique est une étonnante exploration du subconscient d'un homme tourmenté, accusé d'avoir tué sa femme sans qu'il s'en souvienne, et dont la vie bascule d'une façon très étrange. Onirique, intriguant et ambigu, Lost Highway est une belle réussite, malheureusement sous-estimée par les critiques à sa sortie, qui seront plutôt partagées, même si les fans le réhabiliteront par la suite. Cela dit, le meilleur reste à venir... Note sur Rotten Tomatoes : 59%

  

une_histoire_vraie mulholland drive inland empire

Une Histoire Vraie (1999) : David Lynch qui fait un film chez Disney, voilà qui a de quoi surprendre mais ce n'est pas une blague : cette Histoire Vraie n'a rien a voir avec les autres films du réalisateur et constitue une drôle de parenthèse, sorti entre Lost Highway et Mulholland Drive, deux films très sombres et complexes. Pourtant, c'est une jolie réussite : cette étonnante histoire d'un vieil homme qui décide de rendre visite à son frère malade en faisant le long trajet sur une vieille tondeuse à gazon est très belle, bien écrite et agréable à regarder ; même si le fan de Lynch ne s'y retrouvera pas, il s'agit d'un excellent film qui mérite carrément qu'on s'y attarde. Note sur Rotten Tomatoes : 95%

Mulholland Drive (2001) : Le chef-d'oeuvre de sa carrière? Un de ses meilleurs, en tout cas. Il est difficile de résumer Mulholland Drive tellement son intrigue est vaste, mais cette histoire de femme fatale amnésique, de jeune actrice prometteuse et de réalisateur manipulé captive de la première à la dernière minute, à travers une ambiance absolument remarquable. Très beau, mystérieux, onirique et imprévisible, Mulholland Drive est aussi un film d'une grande complexité, qui dévoile toujours un peu plus de sa richesse à chaque relecture (il faudra plusieurs visionnages pour bien le comprendre) ; ce qui ne l'empêche pas de garder une relative accessibilité : c'est presque le film idéal pour découvrir la filmographie de David Lynch, et pour ne rien gâcher, un de ses meilleurs. Indispensable. Note sur Rotten Tomatoes : 82%

Inland Empire (2006) : Ecrit et tourné au jour le jour, il s'agit de son film le plus expérimental, et probablement le plus fou. Même en étant habitué à son style, il a quand même fait fort : passé une introduction mystérieuse et un début relativement normal, Inland Empire devient complètement chaotique, avec des séquences enchaînées de façon anachronique sans lien apparent, pendant 3 heures (c'est son film le plus long). C'est le Lynch le plus inaccessible, le premier visionnage est incompréhensible et même en y revenant il est difficile de savoir ce qu'il y a derrière tout ça. Malgré tout, je ne peux pas m'empêcher de trouver le film attachant, d'un point de vue esthétique c'est une réussite est l'ambiance est telle qu'il y a de quoi se faire un sacré trip avec, malgré de nombreuses imperfections (des longueurs, certains dialogues assez moyens...). Au final, ce n'est pas du tout le film à voir pour découvrir l'univers du réalisateur car il en donnerait une mauvaise image, très caricaturale, mais si vous avez aimé ses films précédents, pourquoi ne pas essayer... Mais soyez prévenu avant de le regarder! Espérons qu'il se ressaisisse d'ici son prochain film (s'il en refait un)... Note sur Rotten Tomatoes : 72%